Les raisons de la proposition
Dans une période historique de globalisation croissante et où le prestige des Nations Unies, ainsi que l’efficacité de son action, résultent plutôt affaiblies, il y a urgence manifeste, pour tous les peuples, de pouvoir faire entendre plus directement, et sur des sujets d’intérêt général, leur voix.
Le recours à un parlement au sein duquel puissent s’exprimer des personnes qui jouissent de la confiance des citoyens du monde pourrait s’avérer utile tant pour constituer une référence éthique, une ambition et une admonestation à l’activité des gouvernements, que pour répandre auprès de tous les peuples la confiance dans les valeurs démocratiques. En effet, puisque pour pouvoir participer au projet il serait nécessaire d’organiser des élections, cette circonstance comporterait également la possibilité de mettre les divers gouvernements devant la responsabilité historique d’une éventuel renoncement, alors que l’adhésion de gouvernements peu accoutumés à consulter ses propres citoyens pourrait ouvrir des nouveaux scénarios, capables de faire évoluer leurs institutions politiques vers des solutions plus démocratiques, afin de sauvegarder les droits fondamentaux de chaque citoyen à l’intérieur de chaque Etat et de favoriser le partage de certaines valeurs fondamentales entre les divers peuples adhérents au projet.